Pages

vendredi 2 novembre 2012

C'est le bazar dans les tags ! Connaissez-vous des bonnes pratiques ?

Cela commence par un problème : le foutoir dans mes mots-clés, passe par quelques définitions (tag, méta-données, taxonomie, thésaurus, folksonomie) et se termine par des propositions de bonnes pratiques pour la rédaction des mots-clés.
Vous êtes pressé ou vous connaissez le sujet aller directement aux bonnes pratiques.

Je collectionne des liens vers mes pages web favorites avec Diigo. À quoi cela me sert-il ?
-Récupérer un élément à citer quand je poste un commentaire sur un blog.
-Retrouver des articles qui nourrissent ma réflexion.
-Construire une base de ressources en vue d'un futur article ou pour mes apprentissages.
-Découvrir des internautes qui partagent mes centres d'intérêts. Je peux par exemple, consulter les collections, les favoris des personnes qui ont des mots-clés communs aux miens.
-Et prochainement, mettre en commun avec eux, nos découvertes, pour amplifier notre compréhension d'un sujet précis.

Cependant il y a collection et bordel, deux choses bien différentes, la mienne ressemble à un amas hétéroclite plein de toiles d'araignées. Voilà pourquoi, la semaine passée, je me suis intéressé à la folksonomie et j'ai recherché d'éventuelles bonnes pratiques pour la formulation des mots-clés.

Définitions et usages

En premier, voici une liste de synonymes du mot tag : mot-clé, libellé, balise, étiquette, marqueur et la définition du terme par Knowledgeplaza:
« Un tag est un terme (...) qui va caractériser le contenu, la forme, le public cible ou la langue par exemple, de la pièce d'information à laquelle il est attaché. (...) »
Votre cave, votre grenier, l'étagère où vous rangez vos documents administratifs sont plus ou moins bien rangés, (plus ou moins ?). Vous avez ordonné tout ça. Dans le monde numérique nous faisons la même chose. Heureusement ! Car la quantité d'objets sur les réseaux  suit une courbe de croissance exponentielle. Comment alors, les données sont-elles organisées ?

Il nous faut des méta-données, littéralement des données sur les données (et puis des données sur les données sur les données, aie le chien se mord la queue). Ces méta-données informent sur les
caractéristiques des pages web. Qui a besoin de ces métadonnées ? Les robots, les documentalistes (espèce étrange mais précieuse) et les humains.

Les robots

Les coulisses des moteurs de recherche sont constituées d'une multitude de petits programmes informatiques, les robots, qui parcourent les données numériques du web pour les indexer. Ces automates constituent des Bases De Données (stocks d'informations ordonnés) sur les pages web qu'ils auscultent. Ces BDD permettent de fournir aux humains, des réponses, quand ils cherchent
quelque chose sur la toile. Ces BDD sont très grossièrement comme un index dans un livre.

Un élément important que les robots prennent en compte sont les mots-clés qui catégorisent les objets du web. On les trouve insérés au début du code html d'une page bien construite. (ne regardez pas le code source de cette page vous n'y trouverez pas de mots-clés au début). Évidemment ils prennent en compte beaucoup d'autres choses mais ce n'est pas le sujet.

Pour visionner le code html d'une page sur Firefox : menu Outils et Développeur web.
en-tête du code source d'une page web où vous pouvez distinguer l'énumération de mots -clés qui servent aux robots pour leurs tâches d'indexation.

Les documentalistes

Ils sont professionnels du classement. Une partie de leur job est de rendre accessible au commun des mortels, les ressources de leur médiathèque. Ils pratiquent pour cela la science de la taxidermie
taxonomie. Ils font la même chose que les robots mais au sein de leur bibliothèque, avec passion et l'intelligence humaine en plus. La taxonomie est "en termes généraux, une classification systématique conformes à des principes ou des lois générales »(source :glossaire d'un guide d'utilisation du Dublin Core)

Leurs méthodes sont très strictes. Les mots clés qu'ils utilisent sont appelés descripteurs. Ce sont des mots-clés uniques qui servent chacun à représenter un concept. Ils ne peuvent pas les choisir « au petit bonheur la chance » mais les empruntent à un répertoire appelé thésaurus.
Cette nomenclature obéit par exemple à :
-des règles de vocabulaire concernant les synonymes pour ne pas multiplier les termes de recherche.
-des relations hiérarchiques qui organisent les termes et ceci en allant du générique au spécifique.
-des relations d'association entre descripteurs couvrant des sujets connexes.

Les catalogues crées à l'aide de thésaurus sont également lisibles par des programmes informatiques. La définition de thésaurus :
« Une structure hiérarchique qui définit formellement la relation sémantique d'un ensemble de concepts. Utilisée pour créer des vocabulaires structurés/contrôlés pour la découverte ou l'échange d'informations. » www.yoyodesign.org/doc/dcmi/usageguide/glossary.html.

Voici différentes façons d'entrer dans un thésaurus , exemple avec les descripteurs « politique » ou «politique publique » (Thésaurus MOTBIS en ligne par SCÉRÉN - CNDP).
liste alphabétique
liste permutée



















environnement sémantique direct

micro-thésaurus développé

Les humains et la folksonomie  style de musique apparenté à la musique folk

Pour retrouver mes favoris dans Diigo, il faut que j'y colle des mots clés, je « folksonomise ». Folks (les gens) nomie (la norme) extrait de taxonomie. Pour la définition, laissons parler Thomas Vander Wal, un maître en la matière, puisqu'il est réputé avoir forgé le terme :
« La folksonomie est le résultat d'un marquage libre et personnel de l'information et des objets pour une récupération propre à chacun. Le marquage se fait dans un environnement social (généralement partagé et ouvert aux autres). La folksonomie est créé à partir de l'acte de marquage par la personne qui consomme l'information.
La valeur de ce marquage externe vient des personnes qui utilisent leur propre vocabulaire et ajoutent une signification explicite, qui peut provenir d'une compréhension déduite de l'information / objet. Les gens ne catégorisent pas tellement pour fournir un moyen de connecter des articles mais plutôt pour fournir leur propre sens à ce qu'ils comprennent. »
février 2007(traduction libre de sa définition)
Alors voilà, de mois en mois, l'inspiration du moment me fait varier les mots-clés que j'utilise pour marquer les articles traitant d'un sujet équivalent. En parcourant les ressources que j'ai en commun avec d'autres internautes, je me rends compte qu'ils n'ont pas du tout posés les mêmes mots-clés ou qu'ils les ont rédigés d'une manière bien différente. Je fais des fotes d'orthographes, et puis Diigo m'impose des règles qui ne sont pas forcément les mêmes que Youtube ou Delicious. Comment puis-je  faire alors, pour retrouver tous mes œufs rapidement ? J'ai donc recherché des éléments pouvant m'aider dans le choix et l'écriture des mots-clés.

Bonnes pratiques

La première choses  à faire est justement de les classer en fonction de leur type ce qui nous donnera une structure de réflexion au moment de les taper. Olivier Ertzscheid, enseignant-chercheur en sciences de l'information nous propose six catégories de tags (page 28) :
    -les tags thématiques qui décrivent le sujet
    -ceux qui décrivent la nature de l'objet, ex : vidéo, image, livre, podcast
    -indiquent l'auteur/propriétaire de l'objet, ex : Thot Cursus, Emmanuel Todd
    -donnent une opinion, ex : excellent, orienté
    -ceux qui convient à faire une tâche, ex : toread
    -et ceux qui sont des auto-références ex : stefan, collection_de_marie
      Olivier Le Deuff, du même métier, liste des propositions à prendre en compte tant sur le fond que sur la forme :

      « Les erreurs commises dans la rédaction des tags
      -les tags mal orthographiés.
      -les tags mal conçus, notamment les groupes de mots collés ensemble ou séparés sans utiliser l'underscore.
      -ceux qui ne respectent pas les règles d'usage ou les conventions.
      -les tags personnels n'ayant aucun intérêt collectif.
      -un tag unique qui n'apparaît qu'une seule fois dans une base de données.
      Employer le pluriel pour définir des catégories et ajouter des synonymes :
      -Cette règle diffère de celle de l'indexation classique ce qui interroge souvent les professionnels de l'information. Le pluriel est plus approprié car la catégorie peut contenir différentes variations comme nous l'a expliqué Ulises Mejias [*].
      -Les synonymes sont utiles du fait de l'absence de thésaurus afin d'éviter les confusions.
      [*] Mail du 8 janvier 2007 d' Ulises Mejias [consultant en systèmes d'apprentissage] :
      « When you see a singular word in a traditional taxonomy (for example, cat), you know it refers to an ideal archetype. But a tag serves to define a plural collective. When I click on the tag 'cats', I expect to see all sorts of examples of the specimen, including perhaps a mouse with a cat costume. Plural connotes that openness to me better than singular, perhaps »
      Utiliser la ponctuation à bon escient :
      -Éviter les majuscules sauf si nécessaire à la compréhension du tag.
      -L'underscore est pratique pour définir un groupe de mots. En effet, les espaces vides ne fonctionnent pas toujours et séparent automatiquement les mots en deux tags différents.
      -Vigilance avec les tags qui comportent des virgules.
      -D'autre part, il peut être intéressant de vérifier si un tag sans tiret n'est pas meilleur surtout s'il est plus utilisé.
      User des croisements :
      -Le choix de séparer les tags n'empêche pas d'utiliser des requêtes plus précises.
      -Il est encore possible de retrouver des documents en croisant les tags.
      Coordonner les efforts et collaborer :
      -Pour les usagers qui font partie d'une communauté professionnelle ou d'une communauté de pratique, il peut être utile d'établir un ensemble commun de normes notamment sur un wiki.
      -L'observation et le respect des conventions d'indexation des sites et des réseaux sociaux utilisés sont également à acquérir.
      -Les efforts d'indexation ne peuvent être efficaces que si l'usager collabore en ajoutant des tags à d'autres ressources
      Analyser les tags des autres pour la même ressource :
      Il s'avère souvent intéressant de comparer les tags des autres pour une même ressource. La sélection du tag le plus populaire peut être adéquat à condition toutefois d'en connaître sa signification.
      Effacer et réorganiser :
      Il est en effet possible de changer les tags de ses documents. Cela peut être utile en cas de réorganisation. Ex : la fonction bundle tags de deli.cio.us qui permet ainsi de créer de catégories supérieures qui rassemblent plusieurs tags.
      Penser que les tags sont visibles :
      Ulises Mejias prône de penser collectivement, car les tags sont certes personnels mais peuvent également être utilisés par d'autres. En effet, même si l'usager ne désire nullement utiliser les tags dans une perspective collaborative, il doit demeurer conscient que les autres peuvent les voir.
      Prudence. Les tags insultants sont donc à proscrire ainsi que les tags qui pourraient révéler des informations confidentielles. »

      non-choix

      Je suis allé observer les nuages de tag de cinq groupes, importants par le nombre de membres et la quantité de favoris sauvegardés. Au sein de chaque groupe les tags sont plutôt homogènes quant à leur forme. Par contre les règles ne semblent pas du tout correspondre entre les différents groupes de travail. Comme je viens de découvrir le sujet, je n'ai rien défini encore. Je vais m'observer, être plus réfléchi quand j'inscris des tags, surtout les enregistrer immédiatement. Tout ça pour ça ? oui c'est un peu ce que je ressens n'empêche j'aurai découvert quelques notions et vais garder en mémoire une partie de ces recommandations. Je les comparerai aux pratiques rencontrées dans mes pérégrinations numériques. Le contexte est roi paraît-il.


      Pour nous inspirer je vous suggère la lecture d'interviews d'utilisateurs confirmés de Diigo qui relatent leur pratique de partage de favoris :Les pratiques du socialbookmarking dans le domaine de l'éducation par Michèle Drechsler, (à partir de la page 225 du pdf, soit la page 214 du document).
      Extraits :

      Int3 : « Je crois que l'on adapte toujours les catégories aux besoins. La question est toujours: si je veux retrouver ça pour..., qu'est-ce qu'il faut que je mette comme mot clé ? ».
      (...) « C'est un point intéressant. J'ai toujours laisse la régulation se faire toute seule car il est peut être trop contraignant de réguler ça pour un groupe (surtout si les membres sont de langues maternelles différentes). Du moment que le lien est accessible par une grande sélection de mots clés, ça ne change peut-être pas grand chose.... Le mieux est de démontrer le tagging de façon concrète.
      Si je dis à mon père, "il faut tagger sur Flickr", la réponse sera... inexistante. Si je dis "si tu mets le nom de mon fils comme tag, je pourrais automatiquement constituer un album numérique avec toutes les photos de mon fils sans avoir à regarder toutes les photos, il comprendra tout de suite ».

      Lectures et visionnage :

      14 commentaires:

      1. Merci pour cette excellente synthèse. Je viens de comprendre pourquoi j'avais du mal avec les tags. Ancienne taxidermiste ;-), j'ai des difficultés pour tagger les documents que je collecte car je me réfère à mes souvenirs de l'indexation, pratique rigoureuse et normalisée. Je me disais qu'il fallait en faire de même pour ma collecte personnelle sans en avoir le courage. Malgré tout, m'aperçois à la lecture de ton article qu'un minimum de normalisation reste essentiel.

        RépondreSupprimer
      2. Je ne sais pas s'il faut faire le lien, mais je vais le faire quand même ... J'étais justement entrain de m'intéresser aux hashtags, ceux qui sont utilisés sut Twitter pour savoir comment retrouver une information à l'aide du social search (TOPSY par exemple)

        Un grand merci pour tous ces liens très instructifs pour la recherche documentaire d'une part et le référencement des productions, d'autre part ... Je viens de comprendre le champ "tag" proposé sur blogspot au moment de la rédaction d'un billet !

        Concernant les hashtags utilisés sur Twitter, ce site présente ceux utilisés par la communauté enseignante mondiale :
        http://www.actualitice.fr/twitter-les-principaux-hashtags-de-la-communaute-educative-mondiale
        Et un petit tout sur hashtags.org pour suivre le mot-clé itypa, c'est folk !

        RépondreSupprimer
      3. Bonjour

        Je suis d'accord avec toi pour prendre une métaphore telle qu'un bureau bien rangé avec des tiroirs étiquetés contenant des dossiers qui eux-mêmes sont bien rangés dans des pochettes de couleurs vaut mieux qu'un bureau bordélique.

        Pour aller à l'essentiel tu préconises le remède suivant :

        -les tags thématiques qui décrivent le sujet
        Ceux qui sont des auto-références ne font pas partie d'une classification, une collection oui mais elle fait partie d'abord d'un auteur, d'un genre, puis d'une collection
        -ceux qui décrivent la nature de l'objet, ex : vidéo, image, livre, podcast
        -indiquent l'auteur/propriétaire de l'objet, ex : Thot Cursus, Emmanuel Todd
        -donnent une opinion, ex : excellent, orienté
        -ceux qui convient à faire une tâche, ex : toread
        -et ceux qui sont des auto-références ex : stefan, collection_de_marie

        Mais un petit exemple pratique me semble plus adéquat pour valider ton hypothèse.
        Qu'est-ce qu'un thème, définition, qu'est-ce qu'un sujet définition.
        Ceux qui décrivent la nature de l'objet. Mais est-ce suffisant ? Car une vidéo tu peux la classer par thème, par fonction, par genre et te dire je vais la ranger dans quel but un apport pédagogique, un supplément d'information, comme renforcement d'un cours etc
        Une image je vais la classer comment, par thème, par fonction, par taille, par représentation symbolique... etc
        Un livre je vais le classer comment par auteur, par thème, par usage, vais-je privilégier un livre papier, numérique, pour quelle fonction personnelle, professionnelle...etc...
        Idem pour un podcast, un document audio...
        l'auteur / l'objet sont pour moi deux choses distinctes, je dirai plus par courant de pensée.
        Pour moi une opinion n'est pas une classification mais la résultante d'un courant pensée d'un chercheur, d'un sociologue, d'un psychologue etc
        Une tâche n'est pas non plus une classification mais un travail que l'on doit exécuter dans un temps donné.

        As-tu été cherché dans un dictionnaire ce qu'est une auto-référence ?

        Pour moi ce n'est pas une classification, je crois que tu fais encore un mélange de tes apports universitaires ou de lecture.
        Le trop est l'ennemi du bien , il faut employer un langage simple, celui des enfants, à vouloir complexifier sa pensée on ne fait que s'embrouiller.
        En résumé, je pense qu'il faut utiliser son bon sens.
        Un petit dessin vaut mieux qu'un long discours
        Amicalement
        Tu peux me joindre à brunotison@gmailcom

        RépondreSupprimer
        Réponses
        1. Bonjour Bruno !

          Merci de ton commentaire.
          ouaou! je ne vais pas arriver à répondre à tout ce que tu m'écris essayons.

          A partir du paragraphe "bonnes pratiques" il n'y a aucune idée personnelle (sauf la conclusion). J'ai juste retransmis soit en reformulant : les 6 types de tags selon O.E
          soit littéralement : les conseils de O L D.

          l'origine de ma démarche était de trouver quelques solutions quand à la forme de mes tags. Oui, j'ai souvent des difficultés pour retrouver tous les favoris qui m'intéressent quand je veux traiter un sujet. Et c'est encore pire quand je recherche dans ceux des autres.

          Je prends un exemple: mettons que je veuille écrire un article sur la politique monétaire.
          Le premier tag que je recherche est "politique monétaire". mais mettons 2 ans avant, je l'écrivais "politique monetaire". Les autres internautes l'ont peut-être écrit pol.monétaire "politique" "monétaire" ou politique-monétaire ou politique_monétaire. Bon dieu ça commence à faire long comme recherche et je n'ai pas encore parler des autres mots-clés sur le sujet.
          et il y a aussi les articles connexes qui ne porteront pas trace de politique monétaire ou son équivalent mais qui seront pertinents pour appuyer l'article.
          alors oui
          1 prendre le temps de poser les terme de sa recherche avant de se lancer
          2 les outils comme diigo aident bien parce qu'ils proposent les tags reliés à celui que tu cherches.

          dans ce que j'ai lu, j'ai par exemple retenu l'idée de multiplier le nombre de tags (avec l'auto complétion ça va vite) ce que je ne faisais pas avant.

          Donc voilà je ne préconise rien. Je présente ce que j'ai trouvé en me disant que ça servira peut-être au lecteur de passage.

          "Le trop est l'ennemi du bien , il faut employer un langage simple, celui des enfants, à vouloir complexifier sa pensée on ne fait que s'embrouiller.
          En résumé, je pense qu'il faut utiliser son bon sens.
          Un petit dessin vaut mieux qu'un long discours"


          Je suis d'accord, qui ne le serait pas? Je vais t'avouer, j'ai ce défaut : j'aime bien me prendre la tête. Parfois c'est utile souvent cela me dessert.

          Avant dimanche dernier je n'y connaissais rien à toute ces histoires de thésaurus et compagnie mais voici un truc que j'ai retenu
          la taxonomie c'est de la classification. La folksonomie ce n'est pas de la classification justement (pour tous ces pro de l'info-doc cf réf dans l'article)... et c'est pour ça que c'est le bazar:-)
          j'ai moi-même employé le terme "classer" il est vrai plutôt qu'un autre, pardonne moi l'imprécision.

          Supprimer
        2. Bruno TISON
          La folksonomie c'est de la classification.
          la taxonomie aussi
          http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=252
          D'abord si j'utilise un vocabulaire spécifique, le mettre en entier pour qu'il soit compréhensible par tout le monde,
          C'est quoi l'OE ?
          Les conseils de l'OLD ? c'est quoi mettre un lien hypertexte vers l'info pour que les gens comprennent
          Qu'est-ce qu'un tag, un mot clé , quelle différence ?
          Si tu prends l'exemple de la politique monétaire, je vais d'abord cherche dans le dico ce qu'est la politque monétaire
          Définition de politique monétaire


          Etymologie : du latin moneta, hôtel des monnaies, monnaie.

          L'adjectif "monétaire" désigne ce qui est relatif à la monnaie.
          Exemples : système monétaire, politique monétaire.

          La politique monétaire est l'ensemble des moyens dont disposent les Etats ou les autorités monétaires (la banque centrale), pour agir sur l'activité économique par l'intermédiaire de l'offre monétaire. L'objectif est, en règle générale, d'assurer la stabilité des prix qui est considérée comme un préalable au développement de l'activité économique, en essayant si possible d'atteindre des objectifs de croissance, de plein emploi et d'équilibre du commerce extérieur.

          Ensuite je vais m'intéreser aux moyens dont disposent les Etats, soit dans le monde, soit en europe

          Après les tags seront la stabilité des prix, je vais comparer les différents modes de stabilité en Europe par exemple

          JE vais poser un tag activité économique par pays

          Je vais poser des indicateurs de comparaison de modèles bancaires

          Je vais poser des indicateurs de comparaison par pays qui ont pour conséquences de provoquer de la stabilité écononomique etc



          D'abord je pense qu'il faut penser à l'objet de ma recherche, la décrire, où je veux aller, qu'est-ce que je veux en faire ? la destination, le pourquoi je recherche ? Le public auquel il va s'adresser

          En suite je vais m'intéresser aux outils de classement DIIGO, DELICIOUS, EVERNOTE etc, si des personnes ont des pratiques, et sont un geek sur les bords, ils peuvent chatter sur mon blog http://moocitypa04102012.blogspot.fr/
          Il est important que chacun s'exprime dans sa différence

          Mots clés : Recueil des mots d'une langue, des termes d'une science, d'un art, rangés par ordre alphabétique, avec leur signification.

          Mes informations je vais les ranger selon un ordre bien précis, par thème, par sigification, par ordre alphabétique ETC

          Supprimer
      4. Bonjour,
        Merci pour cet excellent article !

        Je propose ici une reformulation de ce que j'ai compris au travers de ton article.

        Le tag n'est pas un descripteur formel et normatif, décidé par thésaurus professionnel, qui s'imposerait, comme dans la gestion d'une bibliothèque.

        Le tag (dans le cadre d'une pratique communautaire comme sur Diigo) serait un mot-clé éventuellement temporaire, mis en place dans un processus de folksonomie, s'inscrivant et prenant sa place dans une ontologie (structure conceptuelle de mots clés signifiant et caractérisant un phénomène, des ressources, des faits...) socialement construite et validé par la pratique et des usages collectifs.

        RépondreSupprimer
        Réponses
        1. Je n'ai rien compris à ta formulation, le tag c'est une chose, un mot clé c'est autre chose. C'est quoi un mot clé temporaire ?

          ontologie, nom féminin
          Sens Étude de l'être [Philosophie]. Anglais ontology
          Qu'est-ce que l'ontologie vient faire dans le concept de mots clefs
          Emploi des phrases simples
          C'est quoi un tag ? il permet de classifier, point barre... Formel, normatif, trois notions différentes

          Quand je vais au bout de ta phrase, je reviens au début pour comprendre le message que tu as voulu émettre, tout message doit être formulé clairement, désolé mais tu m'embrouilles, fait des phrases simples, sujet, verbe, complément et une seule idée par phrase

          Supprimer
      5. @Bruno
        voilà Philippe-Didier exprime cela bien mieux que moi: la folksonomie ce n'est pas de la classification.
        parce que c'est construit au fur et à mesure par briques, par le hasard des actions et interactions de chacun alors que la taxonomie à des règles très strictes.

        RépondreSupprimer
      6. En tout permier lieu, bravo Stefan pour ce travail aussi herculéen que remarquable. Bravo aussi pour l'humour, j'ai été particulièrement sensible au passage barré qui parle de guitare folk :-)))

        Sinon, je reproduis ici un de mas récents posts G+ parce que j'ai l'imprseeion qu'il y a un rapport avec le Schmilblick :

        Une introduction passionnante à la folksonomie : L'intervention de Fabien Gandon au CNAM en mars 2010. J'ignore su cette ressource a été proposée pendant la diffusion du Mooc séance 5 (je n'ai pas regardé). A toutes fns utiles, donc, je me permets de vous recommander chaleureusement d'aller voir ça. Voici comment faire :

        1) Se rendre sur le lien suivant :

        http://dicen.cnam.fr/evenements/s-minaire-folksonomies-et-tagging-274668.kjsp

        2) Rechercher, après le descriptif du séminaire, le programme de la journée, et repérer le texte suivant (tout au début) :
        9h45-10h15 Fabien Gandon (INRIA) : Web sémantique et folksonomies : état de l'art

        3) cliquer successivement sur les deux petites images qui suivent le texte ( tout contre l'expression "*état de l'art*"...

        4) Cela vous permet de télécharger deux documents :

        - Le SLideShare (au format pdf) qu'a déroulé le monsieur pendant sa prestation...
        - Le fichier mp3 représentant ce qu'il disait pendant qu'il déroulait son diaporama.

        C'est un peu du e-learning low cost, si l'on veut... Mais ça marche très bien ! Et ceci pour plusieurs raisons très simples :

        - Le sujet est passionnant (en plein dans l'air du temps, déjà...)

        - Il est traité par quelqu'un de pédagogue, compétent et surtout enthousiaste

        - Passé les premiers cafouillages, on s'aperçoit qu'on devient très vite autonome dans l'activité de "tourner les pages" du SlideShare de manière à peu près synchrone avec ce qui s'est passé dans l'amphi !

        Un vrai bonheur, donc... précipitez-vous-y donc :-)))

        RépondreSupprimer
        Réponses
        1. Bonjour Bernard,

          oui j'ai repéré vendredi soir dernier dans le google doc collaboratif que tu proposais cette conférence, j'ai écouté trois minutes et... je crois que "j'avais trop bu de folksonomie", j'ai abandonné. Comme tu insistes avec entrain je la mets dans la liste des choses à faire. Merci.

          Supprimer
        2. Tu as raison, ne complexifions pas les choses en utilisant des mots barbares

          Supprimer
      7. Visiblement, nous avons tous le même genre de problèmes. Merci pour cet article qui fait prendre conscience de l'étendue des dégâts. J'ai fait en tout cas mon examen de conscience de mes pratiques de tags. J'en sors avec deux principes : 1 - simplifier les classements ("pour les enfants", c'est ça)et construire sa propre normalisation pour harmoniser les différents supports (Pocket, pearltrees, mes dossiers sur mon DD, Diigo, favoris Firefox, etc. 2 - Pas de hiérarchisation trop fine, mieux vaut des recherches transversales plutôt que hiérarchiques. J'y ajouterai une contrainte obligatoire : avant les grandes vacances, faire un grand rangement.

        RépondreSupprimer
      8. Bonjour Shortman,
        je t'ai déjà remercié pour cet article sur mon blog, je le fais ici également.
        Ce que je trouve particulièrement éclairant, c'est la partie sur les bonnes pratiques. Concernant les tags mal construits, j'ai essayé les underscores pour_séparer_les_mots, mais ça m'ennuie un peu : est-ce à l'humain de se plier aux exigences techniques (difficultés de la machine à reconnaître les éléments séparés par des espaces) ou à la technique de s'adapter à la manière de penser de l'humain ? Cela dit, séparer les mots par des espaces blancs n'est qu'une convention comme une autre, peu représentative de la manière dont on parle en français. Ce n'est pas si simple...
        Pour ce qui est de l'harmonisation, une des solutions envisageables pour les tags serait de proposer l'autocomplétion dans les champs à renseigner des différents outils que l'on utilise pour marquer des pages. L'autocomplétion des mots les plus proches de ceux qu'on est en train de saisir, de cette manière on reste libre de saisir ce qui nous semble pertinent, mais on oriente vers une possible harmonisation.

        RépondreSupprimer